Dévoiler

    Dans cette séquence, on cherchera à comprendre quels rapports entretiennent les œuvres d’art avec le réel ?

    Séquence de film
    John Carpenter, They Live, 1988

    Le titre original du film est They Live. Il s’inspire de la nouvelle Les Fascinateurs (Eight O’Clock in the Morning) de Ray Faraday Nelson.

    Errant à la recherche d’un travail, John Nada, ouvrier au chômage, découvre un étonnant trafic de lunettes. Une fois posées sur le nez, elles révèlent le monde réel. À la place des panneaux publicitaires apparaissent des injonctions en caractère gras sur fond blanc : “Obéis / Marie-toi et fait des enfants / Consomme / Non à la libre pensée”. Le dévoilement de cette illusion implique que les conduites, les désirs, les pensées, de la plus générale à la plus intime dont le personnage se croyait jusqu’alors libre, apparaissent désormais comme un conditionnement impersonnel. Dans le film, cette situation est la conséquence d’un complot extraterrestre. Mais au-delà de cet aspect décalé, le film interroge : exerçons-nous librement nos actions et nos choix de vies ? Est-elle simplement le produit d’injonctions subliminales ? Le film, en tant qu’œuvre, nous invite à méditer cette hypothèse. À ce titre, les lunettes de John Nada apparaissent comme une mise en abyme du film en tant qu’œuvre. Comme à travers elles, on peut se demander comment les œuvres d’art contribuent à élargir notre regard et notre compréhension du monde ?

    Textes

    Les deux textes suivants sont extrait de deux ouvrages :

    • Rodin, L’art, Chapitre 1, “Le réalisme dans l’art”.
    • Nicolas Gogol, La perspective Nevski.
    Œuvres
    Eric Pickersgill, Removed.
    Agence Wunder, White Christmas, 2020
    Thierry Fournier, La main invisible, 2019
    Support vidéo

    La vidéo qui suit se penche sur le film et le situe plus largement dans l’œuvre du réalisateur et dans son contexte Historique.

    Voir les travaux